Sat Nam Rasayan

En Sanskrit, Sat Nam Rasayan signifie “relaxation profonde dans le Nom Divin” ou “élever son être à l’essence de l’Identité Véritable”. Il s’agit d’ un système traditionnel de guérison dans lequel l’unique instrument est un état méditatif de conscience de soi, dans un état de silence intérieur appelé Shuniya.

La guérison se produit par l’ouverture d’un espace appelé « Espace de Sensibilité » ou « Espace Sacré », caractérisé par la neutralité, le silence et la transcendance.

 

« Sat » est traduit par vérité, réalité, existence, ce qui est.
« Nam » est le nom, la forme, l’identité manifestée.
« Rasayan » est la relaxation profonde, le processus thérapeutique en Ayurvéda (médecine traditionnelle indienne).

Pour la plupart d’entre nous et la plupart du temps, la perception directe de la réalité nous est interdite, par l’ensemble des schémas et conditionnements acquis au cours de notre existence. Sat Nam Rasayan nous aide à rétablir une relation directe à la réalité. En utilisant pour cela les sensations. Nous apprenons à laisser la réalité nous arriver telle qu’elle est, à travers les sensations, au sein de l’Espace de Sensibilité, que nous apprenons peu à peu à ouvrir et à stabiliser.

Nous reliant par l’intention à un “événement” (patient, situation, groupe,…), nous apprenons à ressentir, et à laisser se produire, toutes les sensations qui apparaissent en nous en relation avec cet événement.

Nous apprenons à accueillir toutes ces sensations à égalité, sans trier, sans refuser les sensations “désagréables”, sans alimenter les sensations “agréables”. Nous en faisons un espace de neutralité.

Dans cet état de silence neutre (Shuniya), nous accédons à l’Espace Sacré. Là, “égalisant” les résistances ressenties en nous-même dans notre relation à l’événement, nous leur permettons de se dissoudre, permettant ainsi une transformation/guérison de la relation, et donc de l’événement.

Les principes qui gouvernent l’Espace de Sensibilité :

  • tout ce qui existe peut être ressenti sous la forme d’une sensation ; l’espace de Sensibilité est donc illimité.
  • nous ne pouvons que ressentir nous-mêmes en train de ressentir ; on ne peut pas ressentir directement quelque chose ou quelqu’un ; nous percevons notre relation au monde, pas le monde.
  • tout mouvement de la conscience produit un changement dans ma relation avec l’objet de ma pratique ; et ce changement affecte l’objet lui-même.

Quelques pistes :

Dans toute relation entre deux personnes, si l’une se transforme, la relation se trouve modifiée d’une manière ou d’une autre, et cela a un effet sur l’autre personne.

La réalité matérielle peut être appréhendée comme un champ d’informations, qui englobe toute chose -praticien et patient y compris. La pratique de SNR, en restaurant la fluidité et l’harmonie au sein de ce champ, affecte alors tous les éléments qui le constituent.

SNR, en dissolvant les blocages, permet aux capacités de guérison du patient de se mettre en marche. Le patient est finalement responsable de sa propre guérison.

La maladie peut être considérée comme la manifestation d’un conflit intérieur. Ce conflit persiste tant que l’identité du sujet se base dessus. En modifiant les mécanismes d’identification, SNR réduit les tendances qui provoquaient le conflit dont les pôles tendent alors à s’unifier. Le patient réintègre une partie de lui même.

Quelques citations : (Michel Manor – “La Science de l’Être total”)

À l’inverse d’une technique, SNR repose sur le transmission directe d’un état particulier de la conscience dans lequel le pratiquant est directement relié à cette qualité de l’univers que l’on nomme depuis toujours : le Sacré. C’est cette relation, de plus en plus intense au fur et à mesure que l’on avance sur cette Voie, qui permet de produire, à partir des mouvements de la conscience individuelle, des effets précis sur le monde qui nous entoure. En d’autres termes, cette union avec le Sacré confère la transcendance”.

« Nous sommes tous pleins de résistances, de conditions, que nous plaquons sans arrêt sur la réalité et qui forment un filtre à travers lequel nous la percevons. Nous instituons inconsciemment mais volontairement une distinction entre, par exemple : Moi et l’Autre, Dedans et Dehors, Avant et Après, etc. Pourquoi fonctionnons-nous ainsi et créons-nous ces différenciations ? Principalement parce qu’elles nous procurent un sentiment d’identité, et plus forte est cette différenciation, plus fort est notre sentiment d’identité. Perdre notre identité est notre plus grande peur. Alors nous préférons limiter la réalité. »

« L’objet de Sat Nam Rasayan est de mettre notre processus de conscience en résonance avec celui de l’univers, c’est-à-dire réduire progressivement la distance qui sépare notre conscience des événements qui constituent la réalité dans son ensemble, jusqu’au point où la conscience et l’événement sont Un. »

« Le seul fait d’observer votre conscience produit un effet sur le déroulement de votre processus intérieur, sur la relation que vous entretenez avec votre environnement, et sur cet environnement lui-même. »

Guru Dev Singh est le maître actuel du Sat Nam Rasayan.

Il a reçu de Yogi Bhajan, maître de Kundalini Yoga (1929-2004),
la grâce d’être en charge de l’enseignement de cet art
de manière ouverte au plus grand nombre.

Depuis 1989, Guru Dev Singh parcourt le monde
pour former des guérisseurs
et des instructeurs de Sat Nam Rasayan.

 

sat nam rasayan

Comment se pratique Sat Nam Rasayan ?

Sat Nam Rasayan se pratique en apprenant à reconnaître et à accepter son propre ressenti.

Une personne, le « partenaire », est allongée. La personne qui pratique Sat Nam Rasayan, assise à ses côtés, lui touche le bras, ou la tête, ferme les yeux et commence à ressentir ce qui se passe en elle en relation avec son partenaire.

Ce faisant, elle rentre dans un espace de conscience particulier, appelé « Espace Sacré ». Un espace de conscience neutre (« Shuniya »), dans lequel le mental est apaisé, et où le rien coexiste avec le tout. Le mental du praticien devient alors transcendant, et dans la profondeur de sa conscience, le soin guérisseur se déroule…