Histoire du Yoga

ob_d646e6_vallee-indusQuelques points de repères sur l’histoire du Yoga

(Source principale : Aquarian Teacher)

Il est bien évidemment impossible de dater la naissance du Yoga. Son origine se perd dans la nuit des temps, lorsque le Sacré était au cœur de la vie des Hommes, lorsque ceux-ci vivaient avec le pré-sentiment de l’Unité, et qu’ils ont eu l’intuition qu’un chant, un mouvement, une façon de respirer permettaient de se souvenir et de se rapprocher de l’Un.

La vallée de l’Indus : les premières traces

L’indus est un fleuve à l’ouest de l’Inde, où se trouve l’actuel Pakistan, et sur les rives duquel s’est développée la civilisation de l’Indus, de – 5000 à – 2000.

C’est ici que l’on a découvert les premières traces de la pratique du yoga, permettant de supposer que cette civilisation connaissait les rudiments du yoga, le concept et les techniques de méditation.

 

La question de l’origine du Yoga avant cela n’est pas véritablement tranchée par les spécialistes :

 

  • pour certains, le yoga est né dans la Vallée de l’Indus ;
  • pour d’autres, il a été apporté par des peuples guerriers nomades venant de Russie (les Aryens, qui auraient également amené le sanscrit) ;
  • pour d’autres enfin, ces peuples nomades ont apporté leur propre yoga, qui s’est mêlé au yoga que les peuples de la Vallée de l’Indus pratiquaient.

Les Aryens, le Mahabharata, l’Ere Védique (- 1800 ; – 1000)

La thèse la plus couramment admise est celle du yoga apporté par ces peuples nomades, les Aryens, de langue sanscrite, venant des régions des steppes de la Russie centrale.

Ils peuplèrent les régions centrales de l’Inde après s’être établis dans la région de l’actuel Punjab.

Cette expansion ne fut pas paisible : guerres, batailles, sièges,.. Les cultures aryenne et Indoue se sont mélangées et influencées au gré de ces migrations.

C’est par la parole que se transmettait à cette époque le récit de toutes ces épopées, de maître à disciple.

Puis l’invention de l’écriture permettra de créer des recueils de textes.

La plus grande de ces épopées est racontée dans le Mahabharata, une poésie de 100.000 strophes, relatant le conflit entre deux clans (les Pandavas et le Kauravas) : on y trouve une accumulation des mythes, histoires, symboles, croyances, philosophies, religions, habitudes, expériences mystiques de l’époque. On y trouve également des renseignements sur le yoga à cette époque.

Un des enseignements principaux contenus dans le Mahabharata est que même au coeur des drames les plus terribles, des luttes et des guerres, il est possible d’atteindre là des états transcendentaux de l’Être ; cet état libéré est au-delà de tous les opposés : bon/mauvais, vrai/faux, douleur/plaisir ; réaliser cette conscience libère et illumine l’individu.

D’autres textes voient le jour à cette époque : les Védas, chantés en état de méditation profonde par les Rishis (des sages qui « écoutent » (« shruti ») ce que les Dieux leur transmettent en état de contemplation).

Les premiers Védas a être retranscrits par écrit le sont vers -1500. Il s’agit des 3 vedas classiques (« Triple Véda »)

  • le Rig-Veda : recueil de poèmes (stances)
  • le Sama-Veda : recueil de chants rituels
  • le Yajur-Veda : recueil de formules sacrificielles

Viendra ensuite le « Quadruple Véda », un livre de magie blanche et noire, sous le nom de Atharva-Veda.

Ces textes constituent les bases de la culture indienne, et permettent de connaître et de comprendre la philosophie du Yoga.

Au fil des siècles, les cultures aryenne/indusienne/dravidienne (peuples du sud de l’Inde) vont se mélanger, s’enrichir mutuellement, évoluer ensemble. Les techniques de yoga vont se développer, se répandre, se perfectionner, se spécialiser, donner naissance à différentes écoles, spécialisées selon les techniques, la région, la philosophie…

Cette évolution se fait selon les grandes étapes suivantes :

L’ère Brahamanique (-1000 ; – 800)

Les Brahmanes sont des prêtres, organisés en caste, qui ont travaillé à ritualiser l’héritage védique, et à rédiger ses enseignements (dans des textes appelés « Brahmanas »). C’est en fait un époque de stagnation de l’évolution du yoga : en voulant les ritualiser, les Brahmanes ont rigidifié les pratiques, qui ont perdu la souplesse de ce qui n’est pas codifié ; c’était en fait pour eux un moyen de sauvegarder leur pouvoir en imposant des rites qui devaient être pratiqués par eux seuls.

On voit apparaître les notions de « karma » et de « samsara ».

L’ère des Upanishads et le Vedanta (- 800 ; – 500)

Les Upanishad (du sanskrit « venir s’asseoir respectueusement au pied du maître pour écouter son enseignement », ce qui reflète la façon dont l’enseignement était transmis de maître à disciple) consistent en des spéculations philosophiques qui éclairent le Veda.

Les Upanishad relatent les connaissances de nombreux sages anonymes et marquent une rupture avec le ritualisme extérieur des Brahmanes, un retour à la description de technologies du dépassement, de la réalisation, par la découverte de l’Être intérieur.

Il existe 108 Upaniṣad traditionnels dont dix Upaniṣad majeurs. Au cours des siècles, de nombreux autres seront rajoutés par des auteurs divers, tels les Yoga Upanishads, une collection de 20 Upanishads ayant un rapport avec tous les aspects du yoga et qui donnent une description du système des chakras et des nadis.

Les Upanishads forment la source principale des enseignements du Vedanta, école de philosophie indienne qui enseigne que l’âme individuelle et l’Âme Universelle ne sont pas différentes en nature.

La Bhagavad Gita

Le nombre croissant de personnes qui pratiquent ces technologies pousse les praticiens à systématiser leur discipline.

Les grands textes de la culture populaire (et qui sont en même temps des piliers de l’histoire du yoga) de cette époque sont :

 

  • la Ramayana : poème épique de 24.000 vers, qui conte l’amour tragique du Seigneur Rama pour Sita ; il s’agit de contes métaphoriques, donnant des instructions dans les méthodes d’auto-dépassement (droiture, intrépidité, non-attachement, service, discipline, amour de la Vérité,…).

 

  • La Bhagavad Gita (« Chant du bienheureux » ou « Chant du seigneur ») : ce texte décrit le dialogue entre Arjuna et Krishna sur le champ de bataille ; il enseigne le détachement même au milieu d’une guerre, en se reliant à un centre silencieux et constant ; en disciplinant le mental par des rituels et sacrifices. Il ne s’agit pas d’une description technique du yoga, mais plutôt de sa philosophie. Dans la libération réelle, nous agissons librement, de manière insouciante et spontanée, sans attachement ni peur comme motivation ; nous agissons alors depuis ce qui est cosmiquement correct : le dharma.

L’ère classique, les 6 écoles, les Sutras de Patanjali (+200 ; + 800)

Une période d’extension, de systématisation, de multiplication des écoles, des courants de pensée et des technologies.

La contribution la plus importante au développement du yoga sera les Sutras de Patanjali, qui constituent aujourd’hui la source principale sur le yoga.

Il s’agit de 195 aphorismes (phrases brèves, laconiques, destinées à être facilement mémorisées), enseignant que le but du yoga est de contrôler les vagues du mental, qui est la liaison entre le corps et la conscience. Ce sont les habitudes du mental qui nous lient aux attachements, à la dualité, et donc à la souffrance ; mais c’est aussi le mental qui peut nous mener au non-attachement, à la fusion avec le réel : c’est un outil sophistiqué qui peut nous libérer ou nous asservir.

Les Sutras de Patanjali décvrivent les 8 « membres » du yoga, les domaines dans lesquels le pratiquant doit s’exercer : yama (les règles de conduite, les attitudes justes : non violence, modération, honnêteté, vérité, non avidité) , niyama (les vertus, l’auto-discipline), asana (les postures), pranayama (contrôle du Prana, l’énergie vitale), pratyahara (la maîtrise des sens, sortir du conditionnement des sens), dharana (la concentration, soutenir son attention sans se laisser distraire), dhyana (la méditation, présence à soi), samadhi (l’illumination, l’unité avec l’objet perçu, l’union, la réalisation, l’accomplissement).

Six écoles principales de philosophie se constituent, reconnues comme étant l’héritage Védique : Purva- Mimansa, Vedanta, Samkya, Yoga (celle dont parlent les Sutras de Patanjali), Vaisheshika, Nyaya.

Au 5° siècle

Le Tantrismese répand(voir cette notion en cliquant sur le lien) et diffuse un savoir ésotérique sur les chakras, les nadis, les glandes, l’aura,… .

L’idée se développe qu’il est possible de produire un bien-être spirituel et physique sans devenir un ascète ; ainsi que le concept de Shakti (voir ce terme), le principe cosmique féminin de l’énergie.

Au 8° siècle,

Shankara réforme l’Hindouisme et élabore la philosophie Vedanta non-dualiste, qui amènera beaucoup de chercheurs vers le yoga : la multiplicité est une illusion (maya), un voile qui masque la vérité.

Les Puranas

Les Purunas sont un groupe de textes composés entre 400 et 1000 : on y trouve des contes, des légendes, des reflexions philosophiques, et des exposés de théologie.

La diffusion du Yoga dans le monde

Elle commence au 11° siècle, avec la traduction en arabe des Yoga Sutra de Patañjali, qui imprégneront ainsi le Soufisme, et la traduction en grec de la Bhagavad Gita.

Au 20° siècle, de nombreux maîtres indiens viendront faire découvrir le Yoga à l’occident, en même temps que de nombreux occidentaux (notamment dans les années 70) iront en orient chercher des réponses à leurs interrogations. L’est et l’ouest se découvrent, les gens voyagent, migrent, échangent, les cultures se mêlent, ce qui permet au yoga de se diffuser davantage.

Le yoga existe aujourd’hui dans le monde entier, sous des formes très variées….. Le yoga le plus répandu en France est le Hatha Yoga, mais il en existe beaucoup d’autres formes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s